Allaiter Ou Ne Pas Allaiter? Telle Est Ma Question


Aujourd’hui, je vous parle de mon expérience.

On a tous entendu parler des « bienfaits du lait maternel » et je voulais le meilleur pour ma fille. C’était une évidence pour moi que j’allais l’allaiter. C’est un don de la nature que la plupart des femmes possèdent. Je tenais à vivre cette expérience unique. Pourtant, tout ne s’est pas passé comme je l’avais prévu.

Je ne m’étais pas beaucoup renseignée sur l’allaitement car je pensais que c’était simple. Après tout, mettre son bébé au sein, je ne voyais pas la difficulté et pourtant…

Mon mari n’était pas très à l’aise à l’idée que j’allaite. Outre le coté esthétique (il avait peur que je termine avec les fameux gants de toilette, qui d’ailleurs ne touchent pas toutes femmes qui allaitent), il avait peur de se sentir exclu, que je sois épuisée, et était convaincu (car ses proches lui répétaient souvent) qu’allaitement ou pas, ça ne changeait pas grand chose (chacun pense ce qu’il veut). Mais comme il s’agissait d’un choix très personnel, il a respecté ma volonté.

Comme je vous disais dans mon post sur Un petit bout de nous, mon accouchement a été déclenché. Après plus de 20h dans la salle d’accouchement et un dosage de la péridural que j’ai eu un peu de mal à supporter, cela s’est terminé en césarienne en urgence.

Une fois réveillée, je découvre mon bébé qu’on me tend afin de faire la première tétée. Du “colostrum”! C’est normal. Jusqu’à là tout va bien.

Un, deux jours passent, toujours pas de lait. La sage femme m’explique que c’est normal après une césarienne, cela peut prendre du temps. Je me documente sur l’allaitement grâce au petit livret que l’infirmière m’avait donné et essaye d’appliquer les conseils : bien manger, boire beaucoup d’eau, essayer de se reposer, faire des massages, bien positionner son bras pour la tétée…

Trois, quatre jours… Pas de lait maternel… Giuliana commence à perdre du poids, beaucoup trop de grammes; d’autant plus que les tétées ne durent pas très longtemps, elle s’endort très vite, ce qui rend la montée de lait difficile car le sein n’est pas assez stimulé. La sage femme m’explique que parfois pour certaines femmes l’allaitement pouvait être compliqué voire impossible (ah bon?) et que dans ces cas là il valait mieux envisager un autre mode d’alimentation: un allaitement mixte, voire lui donner uniquement le biberon. Et finit par me dire qu’on ne quitterait pas l’hôpital tant que Giuliana continuerait à perdre autant de poids.

Allaitement : Allaiter Ou Ne Pas Allaiter

Le stress commence à monter. Je m’effondre. Allaiter c’était primordial pour moi. Je ne savais plus ce que je devais faire. Je devais la réveiller tous les 3-4h pour la faire manger, essayant de la stimuler pour qu’elle tète. Mais rien n’y fait au bout de 5 minutes, elle s’endormait. Je me disais qu’il était peut être préférable de lui donner le biberon. Que vouloir l’allaiter c’était une bonne initiative, mais il fallait que je me rende à l’évidence, ça ne fonctionnait pas.

La durée de la tétée dépend de la vitesse de succion du bébé, il n’y a pas de théorie exacte. Il faut vérifier qu’il ne tétouille pas et qu’il déglutit bien.

J’ai finalement décidé d’essayer l’allaitement mixte après consultation auprès du médecin et de la puéricultrice: alterner du lait artificiel au biberon à l’aide d’une pipette collée au sein pour continuer de stimuler le sein et le lait maternel (dans mon cas toujours du colostrum) directement au sein. Et la forcément lors de la pesée, Giuliana reprend du poids. Je finis donc par m’adapter à cette méthode. Puis enfin, le sixième jour du lait maternel youhouuu…

Allaitement : Allaiter Ou Ne Pas Allaiter

Le médecin me prescrit un tire lait électrique à louer en pharmacie. Pesée du matin, Giuliana avait pris encore quelques grammes. Le lendemain, on nous autorise enfin à rentrer à la maison. Ayant été perturbée par la grosse perte de poids de Giu, j’ai préféré continuer l’allaitement mixte à la maison.

L’avantage de l’allaitement mixte, c’est que papa peut participer. Si vous êtes fatiguée, papa peut s’en occuper. Pour le sevrage c’est aussi plus simple car le bébé est déjà habitué au biberon.

L’inconvénient, c’est qu’une fois habitué au biberon, le bébé ne sait plus très bien téter, bon Giu c’était le cas dès le départ : le lait donné au biberon coule plus facilement que celui provenant du sein. Il arrive de manière continue alors que l’allaitement au sein fonctionne par flux.

Deux mois se passent, Giuliana tète moins. Je continuais à tirer mon lait pour stimuler le sein, mais malgré cela, j’en produisais moins. Me voilà à parcourir les forums, demander à mon médecin, aller en pharmacie, pour trouver des remèdes naturels pour augmenter la lactation:  acheter des tisanes, manger de la fenouil, des graines de sézame, abricot, carotte, betterave, yams… Rien n’y fait. Je décide alors d’arrêter naturellement l’allaitement et de continuer au biberon. Me voilà ensuite confrontée au problème de coliques et de reflux. On me dit que c’est peut être l’eau, peut être le lait, peut être le biberon… Bref, le pédiatre nous prescrit du lait guigoz premier âge AR, massage du ventre, RDV ostéo, calmosine… Et là du mieux.

A 9 mois, Giuliana refuse finalement tous les biberons.

Avec du recule, je me dis que j’aurai dû me préparer physiquement (par des massages, boire des tisanes, hydrater ma poitrine à l’huile d’olive par exemple) et psychologiquement (accepter toutes éventualités) et m’informer surtout!!! Mais est-ce que cela aurait changé quelque chose? Peut-être. Je sais en tout cas que la prochaine fois, je serai préparée. Chaque grossesse est différente alors peut être que la prochaine sera la bonne… Ou pas 😀

 “Le meilleur conseil à donner à la mère qui souhaite allaiter son bébé est d’aller chercher du soutien auprès des personnes compétentes : associations de mères allaitantes (La leche league, Solidarilait) ou consultantes en lactation, qui leur apporteront des solutions adaptées, quel que soit leur projet d’allaitement. Malheureusement, le personnel en maternité ou en pédiatrie, par manque de formation adaptée, n’est pas toujours de bon conseil en la matière”

Les conseils de Myriam Lafage, infirmière puéricultrice à l’hôpital Notre-Dame de Bon Secours, à Paris.

Chères mères, quelque soit le choix que vous ferez, faites confiance en votre instinct. Il s’agit d’un choix personnel, c’est au feeling. Vous êtes la personne la mieux placée pour savoir ce qui est bon pour votre enfant, hormis le personnel médical, et encore, parfois d’un médecin à un autre les avis divergent. Mais si tel est votre choix, sachez que l’allaitement, tant pour l’enfant que pour sa mère, est un apprentissage qui nécessite parfois quelques ajustements.

 

 

 

 

YOU MIGHT ALSO LIKE

Wandertea
Mon Expérience Avec Le Body Guide Wandertea
September 05, 2016
Infantino La Veilleuse Connectée Histoire Du Soir
Infantino: La Veilleuse Connectée Histoire Du Soir
August 04, 2016
Le Studio De Julie
Les Faire-Parts : “Le Studio De Julie”
July 11, 2016
Nominette
Les Étiquettes Nominette
July 01, 2016
Chambre-Bébé.com
Des Idées Pour Décorer La Chambre De Bébé Avec Chambre-Bébé.com
June 29, 2016
Congé Maternité
Congé Maternité : La Rentrée !!!
June 16, 2016
Giotto
Découverte De La Marque Giotto
June 09, 2016
Recette Pâte À Modeler Maison
June 03, 2016
Moms Corner Etre Maman
Être Maman
April 29, 2016

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*