Congé Maternité : La Rentrée !!!


Mon Congé Mat

Quand j’ai su que j’étais enceinte, j’ai attendu la fin de mon premier trimestre pour l’annoncer à mon patron, par sécurité. Je me rappelle encore l’état d’angoisse dans lequel je me trouvais à l’idée de lui annoncer ma grossesse. Il ne connaissait pas mon histoire, et quand bien même, la compassion a rarement sa place dans le milieu professionnel. Tout s’est heureusement bien passé pour moi.

Avec du recul je me demande encore pourquoi annoncer une grossesse à son patron est si stressant. Je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas. Je connais aussi très bien les raisons de ce stress, mais même si je le comprends d’un point de vue “employeur” : réorganisation du service, embauche, formation…  Je ne cautionne pas certaine manière d’agir de certains patrons et même de certains collègues.

Trois mois plus tard, j’étais en congé maternité anticipé. Je m’en rappelle encore, c’est comme si c’était hier, et pourtant deux ans se sont déjà écoulés.

Les premiers mois en tête à tête avec bébé, le quotidien rythmé par les couches, le sommeil, les tétés… Certaines femmes vivent le retour au travail comme une libération! Pour d’autres un stress surtout lorsqu’il s’agit du premier. Une période dont on est souvent nostalgique avant même d’y être sortie. Ce fût le cas pour moi.

Quand Giuliana est arrivée au monde, ce fût le début d’une nouvelle et belle aventure. Le premier mois bercé par le rythme de bébé, pas le temps de penser, réfléchir, se reposer. On dort bébé on se réveille bébé, on mange bébé.

Le retour au travail encore loin j’avais le temps de penser à tout ça. Mais ça passe tellement vite! Il n’était pas question pour ma part de prendre un congé parental, disons plutôt que je ne l’avais pas envisagé. Femme active, je suis casanière mais pas assez pour être mère au foyer. Et puis enceinte, je ne savais pas encore à quel point être maman allait me changer. J’étais du genre à me dire limite j’accouche et je retourne au travail. Mais ça c’était avant de savoir que j’allais adorer être maman.

Conge Maternite

Un, deux mois, bientôt le moment fatidique où je savais que j’allais devoir me séparer de Giu. Madame Culpabilité arriva pas à pas. Un sentiment étrange m’envahit. De la peur? du stress?  de l’appréhension?  Je me disais que j’allais rater plein de moment: premier pas, premier mot, premier éclat de rire… Je la trouvais encore si petite, elle avait besoin de moi. J’avais aussi (secrètement) peur qu’elle ne m’aime plus, qu’elle m’oublie, qu’elle ait une préférence pour son père (puisque c’est lui qui allait la garder la journée), qu’elle m’en veuille, qu’elle pense que je l’abandonne… Je commençais même à songer à un congé parental, mais ce n’était que repousser le délai car un moment ou un autre je devrais retourner au travail. Des mois où je n’étais pas sortie, c’est comme si tout d’un coup je devais faire face au monde. J’étais dans mon cocon avec ma fille et là  j’allais retrouver la civilisation. Et j’appréhendais.

Dure dure la reprise!
Votre départ en congé mat s’est mal passé, votre absence se fait ressentir, vous avez un patron difficile, vous savez qu’à votre retour des changements vous attendent, qu’un changement de poste est prévu ou pire qu’on souhaite vous licencier. La peur de ce qui vous attend à votre retour.

La rentrée au travail, riche en émotion. Je ne développerai pas pour des raisons professionnelles mais les premiers jours ont été difficiles… Le trajet, horrible, trains retardés, bondés de monde (moi qui ne supporte pas la foule), bref la cata, j’ai mis presque 2h30 pour rentrer (Quand j’y pense aujourd’hui, ça me fait sourire, les transports, c’est devenu mon quotidien surtout avec les grèves en ce moment). Mon mari paniqué ce jour-là était venu me chercher. Je le retrouvai, soulagée, sanglotant comme une enfant.

Bref, je retournais au travail.

Conge Maternite

Les jours passèrent et j’ai repris un rythme, contente de travailler mais heureuse de retrouver ma petite famille à chaque fois tous les soirs.

Quant à Giuliana, les premiers jours sans maman n’ont pas été faciles non plus, elle si calme, était plus agitée. Le rythme plus compliqué, elle refusait la sieste du matin, parfois celle de l’après midi, chouinait beaucoup plus (selon les dires de son papa), réclamait beaucoup les bras (elle qui habituellement aimait qu’on la laisse tranquille). Les biberons compliqués. Quand je rentrais, elle me le faisait ressentir. Elle m’ignorait. Ne voulait que les bras de son papa. J’en ai pleuré les premiers jours… puis du mieux au file du temps.

Quelques conseils qui peuvent aider pour préparer la rentrée

Avec bébé

 ▫️ préparer la séparation : faire plusieurs visites à la crèche ou chez la nounou.
▫️ le prévenir avec des mots simples : lui expliquer que non vous n’allez pas l’abandonner mais que vous allez travailler, que vous l’aimez, que vous rentrerez le soir etc etc… Ma sage femme me disait qu’à n’importe quel âge les bébés comprenaient (je crois que je l’avais déjà dit), je ne sais pas si c’est vrai mais j’ai pris l’habitude de le faire.

Vous

▫️surmonter l’angoisse de la séparation : dites-vous que beaucoup passe par la et cela se passe en général très bien (je ne sais pas si ça aide mais bon de toute manière quand il faut y aller, il faut y aller)
▫️ s’organiser avec votre chéri avant la reprise : qui fait quoi? Qui ira le chercher, à quel moment il devra s’en occuper. Définissez les taches entre vous, ça évitera le stress ou les disputes inutiles.
▫️anticiper : prenez la température auprès des collègues, déjeuner avec elles histoire d’avoir quelques infos, connaître les derniers ragots: Ouiiii on aime les ragots!!

▫️se mettre en condition : faire le trie dans son placard, aller chez le coiffeur, acheter une ou deux tenues…

Du point de vue juridique

Bon à savoir

La loi prévoit uniquement l’obligation d’informer l’employeur de sa grossesse avant de partir en congé mat. La salariée enceinte n’est donc pas tenue de révéler sa grossesse auparavant ni au moment de l’embauche ni pendant l’exécution du contrat de travail.
Sachez qu’enceinte vous bénéficiez d’un régime protecteur applicable si l’employeur envisage votre licenciement. L’employeur ne peut pas licencier une salariée au motif qu’elle est enceinte. La protection est absolue ou relative et varie en fonction de la situation de la salariée.

La loi prévoit une levée partielle de la protection dont jouit la salariée en congé de maternité. Cette protection relative s’applique durant les 4 semaines qui suivent le retour au travail. Cela revient à dire que l’employeur ne peut licencier cette salariée que lorsqu’elle commet une faute grave ou lorsque son maintien à son poste s’avère impossible (licenciement eco).

Toutes vos réponses sur service-public.

YOU MIGHT ALSO LIKE

Infantino La Veilleuse Connectée Histoire Du Soir
Infantino: La Veilleuse Connectée Histoire Du Soir
August 04, 2016
Le Studio De Julie
Les Faire-Parts : “Le Studio De Julie”
July 11, 2016
Nominette
Les Étiquettes Nominette
July 01, 2016
Chambre-Bébé.com
Des Idées Pour Décorer La Chambre De Bébé Avec Chambre-Bébé.com
June 29, 2016
Giotto
Découverte De La Marque Giotto
June 09, 2016
Recette Pâte À Modeler Maison
June 03, 2016
Allaiter Ou Ne Pas Allaiter
Allaiter Ou Ne Pas Allaiter? Telle Est Ma Question
May 19, 2016
Decorer Sa Chambre Avec Decobb
Décorer Sa Chambre Avec DécoBB
April 15, 2016
Bien choisir son pediatre
Help, J’ai Besoin D’un Pédiatre
April 15, 2016

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*